LES FEMMES ET LEURS CORPS
saison 2

Vendredi 23 septembre 2022

8h.30 Marie SAINT-MARTIN : Médée et l’invention d’un corps féminin sur scène

Marie SAINT-MARTIN nous montre en quoi la stratégie de Médée vise à faire de ce corps féminin, tel qu’il se reflète dans le regard de l’homme Jason, ou de son double, le spectateur, le lieu de production et de construction d’un genre auquel elle est enjointe de se soumettre.

9h.00  Coraline REFORT : Du corps objectivé au corps célébré : la fée dans les films d’Alice Guy  

Coraline REFORT porte un regard aiguisé sur l’œuvre de la pionnière du cinéma, Alice Guy. Comment celle-ci a-t-elle représenté le corps féminin pour construire et déconstruire le stéréotype de la fée ? 

9h.30   Stéphane MARTIN : Female gaze versus male gaze : existe-t-il un regard féminin au cinéma ?  

Stéphane MARTIN analyse la pertinence des nouvelles grilles de lecture des œuvres cinématographiques qu’offrent les « gender studies » : existe-t-il une spécificité du regard masculin ou féminin au cinéma ?

10h  Pause : visite librairie & exposition

10h.30 Céline CADAUREILLE: Recherches et créations : les âges de la vie, les épreuves de la sculpture

Céline CADAUREILLE nous présente son travail de sculpture. Elle va nous expliquer comment celui-ci est généré par ses différents questionnements autour du corps des femmes et des âges de la vie.

11h.00 Mounir CHAFYQ :   Féminité et corporéité dans l’œuvre tahitienne de Paul Gauguin

Mounir CHAFYQ nous propose une invitation au voyage à travers l’œuvre de Paul Gauguin et de sa représentation de la femme polynésienne : beauté, couleurs, exotisme, chaleur et sensualité seront au rendez-vous.

11h.30 Table ronde : Loève GEREZ, Quentin PETIT DIT DUHAL, Marion D’AMATO et Rezvan ZANDIEH :

 Quand le corps devient décor

 

Il est ici question d’un phénomène qui n’a jamais été aussi présent dans notre société, à savoir l’impact des médias sur notre vision du monde. En choisissant le prisme de la mode, Loève GEREZ prouve que les médias de masse orientent notre regard.  Quentin PETIT DIT DUHAL étudie plus précisément le cas Orlan qui a parfois choqué, mais est toujours questionné : comment des artistes femmes, par l’usage de l’art contemporain, utilisent-elles leur corps pour dénoncer les stéréotypes féminins ? C’est ce qu’analyse aussi Marion D’AMATO.  Rezvan ZANDIEH traite, quant à elle, d’un phénomène artistique méconnu, celui de l’utilisation du sang menstruel comme matériau

Corps en lutte

12h30   Déjeuner au restaurant Le Bannier, 13 rue du faubourg Bannier

14h.30  Khadidja GRICHE : Shadi Ghadirian et Shirin Neshat : de la captation du corps à sa photogénie 

 Khadidja GRICHE s’intéresse, dans un pays où les femmes sont invisibilisées, à deux photographes iraniennes qui mobilisent l’objet corps féminin en médium artistique révélateur et interrogateur de la condition féminine.

 

15h.00  Victoria GARRIDO y SAEZ : Transformer le regard sur les femmes : le photojournalisme engagé de Colita et de Pilar Aymerich dans la deuxième vague féministe en Espagne  espagnole

 Victoria GARRIDO y SAEZ propose sa réflexion sur  le travail de deux photojournalistes emblématiques de la période 1975-1981 en Espagne, Colita et Pilar Aymerich, qui a permis d’influencer les représentations féminines dans la presse nationale.

 

15h.30 Laureline GOETZ : Authenticité et corps de la femme féminins chez Beauvoir

Chez Simone de Beauvoir, le corps de la femme est une limite à l’expression de son authenticité mais aussi un moyen de libération. Laureline GOETZ nous expliquera cette contradiction.

 

16h Pause : visite librairie & exposition

 

16h.30 Evodie LENOU MAKU : Du corps de la femme comme paradigme d’écriture et d’autoaffirmation identitaire dans Fureurs et cris de femmes d’Angèle Rawiri

 Evodie LENOU MAKU étudie le rapport entre écriture et symbolique du corps à travers le roman de l’autrice gabonaise Angèle Rawiri. Cette littérature de revendication permettrait la reconstruction identitaire des femmes.

 

17h.00   Lynda-Nawel TEBBANI : L’Algérienne en lutte(s) dans les arts : représentation, images et enjeux de la femme dans ses guerres

(de 1954 à aujourd’hui)

 Pour Lynda-Nawel TEBBANI, l’art est une arme forte pour lutter contre les jougs qui se sont imposés à la femme algérienne.  Par sa voix et le chant, par son corps, par le cinéma, le théâtre ou encore par la littérature, elle lutte.

 

17h.30  Discours de clôture et conclusion.