© 2018 / Aline Baudu

  • White Google+ Icon
  • Twitter Clean
  • Facebook Clean

Engagée dans la vie associative défendant les droits humains, engagée dans la vie municipale à Saint-Jean-

de la Ruelle, Fleury-les-Aubrais et dans la cinquième circonscription du Loiret pour les législatives, j’ai toujours exercé le plus beau métier du monde, celui de

professeure.

J’ai rencontré Clémentine Autain et Thomas Lancelot, instigateurs de Mix-Cité, association féministe mixte pour l’égalité, avant de fonder en 2000 Mix-Cité 45.

Organiser un colloque chaleureux sur des femmes m’a semblé en 2011 original, instructif et nécessaire. C’est

ce qui s’est pérennisé ensuite en une série ininterrompue, avec mes complices Dominique Bréchemier et Nicole Laval-Turpin.

Ma devise : changer la vie là où je vis.

MONIQUE LEMOINE

A mené sa carrière dans l’Éducation Nationale en enseignant les Lettres Classiques (du Secondaire au Supérieur), puis à l’Université du Temps Libre d’Orléans (2014 – 2018).

Intéressée par l’écriture des femmes à la Belle Époque, plus spécialement en poésie, elle a consacré sa thèse de doctorat à l’une d’elle, figure oubliée parmi tant d’autres : « Hélène Picard, femme poète, 1873 – 1945 ».

Cette recherche l’a naturellement portée vers la contemporaine et amie de la poétesse, Colette. Membre de la Société des amis de Colette, Nicole Laval-Turpin participe à la rédaction d’articles pour les Cahiers Colette, et au jury du tout jeune prix Colette.

Soucieuse d’un idéal de transmission humaniste, elle contribue activement au programme culturel (conférences, voyages, spectacles) de l’association orléanaise Guillaume Budé.

Simple intervenante en 2012 au colloque « Femmes des lumières et de l’ombre », elle co-organise depuis 2014, aux côtés de Dominique Bréchemier et de Monique Lemoine, chacune des sessions annuelles.

NICOLE LAVAL-TURPIN

Dominique Bréchemier est professeure de lettres et docteure en littérature. Elle s’intéresse à l’histoire des femmes, de la Belle Époque à la Seconde Guerre mondiale notamment.

Elle est, entre autres, membre de la Société des Amis de Colette. Sa thèse fut consacrée à Annie de Pène. Elle a publié cette année les reportages d’Annie de Pène dans les tranchées et les chroniques écrites pendant la Première Guerre mondiale sous le titre : Annie de Pène, une journaliste au cœur de la Grande Guerre

Son lycée de cœur est le lycée Voltaire à Orléans. Dans le cadre d’un projet « Erasmus plus » de cet établissement, elle s’est intéressée à la Résistance des femmes à Ravensbrück pour une communication aux élèves de terminale littéraire en 2017. C’est ce texte revu et amplifié après un colloque sur Germaine Tillion qu’elle nous présente aujourd’hui.

DOMINIQUE BRÉCHEMIER