© 2018 / Aline Baudu

  • White Google+ Icon
  • Twitter Clean
  • Facebook Clean

AURORE EVAIN

Autrice, metteuse en scène et chercheuse, Aurore Evain est artiste associée du Théâtre des Îlets – CDN de Montluçon et de la Ferme de Bel Ebat – Théâtre de Guyancourt. Ses recherches et créations sont consacrées à la remise en lumière du matrimoine. Elle co-dirige une Anthologie du Théâtre de femmes de l’Ancien Régime, a publié L’Apparition des actrices en Europe et mené une recherche pionnière sur l’histoire du féminin « autrice » (éditions iXe). Après Le Favori, de Madame de Villedieu (1665), elle remettra en scène, en novembre 2019, La Folle Enchère de Madame Ulrich (1690).

ANAÏS TILLIER

Doctorante en Arts du spectacle à l’Université Grenoble Alpes (laboratoire Litt&Arts), elle travaille pour sa thèse sur la réappropriation des épopées dans le théâtre contemporain français, sous la direction de Madame Malika Bastin-Hammou. En master, un mémoire de recherche sur la monstruosité dans les réécritures contemporaines de tragédies grecques lui a fait rencontrer le sujet qu’elle aborde dans cette communication.

LOUISA LAJ

Après une classe préparatoire littéraire au Lycée Henri IV, elle a effectué un master de recherche au sein de l'Ecole Pratique des Hautes Études, sous la direction de M. François de Polignac. Son mémoire de master porte sur le rôle dramatique de la douleur amoureuse dans la tragédie grecque. Elle participe également régulièrement à des séances de l’association Guillaume Budé- les Jeunes d'Henri IV, dont elle était cette année vice-présidente.

JELENA ANTIC

Jelena Antic est Docteure en littératures comparées et francophones de l'Université Lumière Lyon 2. Sa thèse s’intitule « Entre l’éros et ses contraintes, les multiples jeux de la femme dans l’œuvre d’Anne Hébert et d’Assia Djebar » (2012). Elle s’intéresse aux études de genre et à l’écriture féminine dans les littératures francophones. Elle est l’auteure de plusieurs articles et collaboratrice du tome IX du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec (1991-1995) paru chez Fides, Montréal. Elle a rédigé et publié divers articles pour des revues ou des actes de colloque.

SAMANTHA FAUBERT

Maîtresse de conférences en Espagnol à l’Université du Havre-Normandie. Depuis quelques années, ses travaux de recherche se sont orientés vers une étude du théâtre de la dramaturge argentine Griselda Gambaro et plus particulièrement de la problématique du genre dans son œuvre. L’édition d’un ouvrage collectif sur l’engagement politique et artistique des femmes en France et en Amérique latine est à paraître aux Presses Universitaires de Rouen-Le Havre.

RAFAËLLE JOLIVET PIGNON

Autrice, dramaturge, enseignante, Rafaëlle Jolivet Pignon s’intéresse particulièrement au geste artistique dans sa composition scénique, elle écrit et publie de nombreux articles sur les écritures de plateau et sur le théâtre participatif dans le cadre de ses cours à Paris 3. Elle consacre également une partie de son temps à la formation et à la transmission du théâtre à l’école, en apportant sa contribution pour différents supports du réseau CANOPE.

Sa pièce de théâtre Saxifrages, tirée de la trilogie Vivaces (matériau) sera créée par la metteuse en scène Cécile Fraisse Bareille de La Compagnie Nagananda en novembre 2019 à l’Espace Culturel Boris Vian aux Ulis.

NELLY SERVIÈRE-CLUET

Elle est professeure de lettres modernes et enseigne en option théâtre. Elle est missionnée au service éducatif de la scène nationale Equinoxe et présidente du théâtre des 3 Parques.

MARIE-JOSÉÉ LAULIÉ

Professeure de langue et littérature espagnole en classes préparatoires au lycée Pothier d’Orléans.

Ses recherches l’ont conduite à aborder les rapports de la lecture et du lecteur au XIXème siècle à Valence (la ville d’Espagne bien sûr), à travers un inventaire qu’elle a établi, analysé et publié de la bibliothèque de Vicente Tomàs TRAVER, professeur de droit canon dans les années 1800 et pur produit du siècle des Lumières.

Elle travaille depuis longtemps sur la poétesse argentine Alfonsina Storni, dont elle est en passe de traduire l’œuvre en français.

Toujours dans le domaine poétique, elle établit régulièrement des échanges avec le poète contemporain vivant à Valence Jaime Silès, par ailleurs professeur de Lettres classiques et attaché culturel.

DELPHINE URBAN

Ancienne élève de l’école normale supérieure de Fontenay aux roses, Delphine Urban est professeure de lettres et de théâtre au lycée Voltaire d’Orléans. Férue de théâtre contemporain, elle a soutenu en 2014 à l’université Paris III un master consacré à « la place des écrans dans l’œuvre de l’écrivain de plateau, Joël Pommerat ». Elle est missionnée par le rectorat d’Orléans pour développer les liens entre les scènes orléanaises, CDNO, CCNO et scène nationale et les établissements scolaires.

DÉSIRÉE EPANDJA

Alexia Désirée EPANDJA BADOLET est titulaire d’un Master en Littérature Générale et Comparée obtenu en 2017, à l’université Omar BONGO du GABON. Elle participe au colloque sur « La machine à travers les âges » le 12 avril 2019 à l’université de Princeton aux Etats-Unis en soumettant une communication écrite intitulée « Capitalisme littéraire et esthétique romanesque dans La ville noire de George Sand et Notre usine est un roman de Sylvain Rossignol : Essai sur la réception critique du roman industriel.» Actuellement doctorante à l’université Charles De Gaulle de Lilles (SHS), sous la direction de Fiona McIntosh Varjabédian.

ALEXANDRA BERALDIN

​​Originaire d’Ottawa au Canada, Alexandra se forme en arts de la marionnette, redonne vie au personnage et à l'histoire de la grande femme politique Rosa Luxemburg par la création d’une Revue politico-poético-marionnettique, spectacle qu’elle a notamment joué dans le cadre de l’opération Museum Live au Centre Georges-Pompidou grâce à la NEF, manufacture d’utopies. Et l’an passé à notre colloque. Entre le jeu et la production artistique, elle est également directrice administrative de la plateforme de collaboration artistique IGLOÙ, dont elle est la co-fondatrice. Actuellement chargée de cours à l’école École EAC, marché de l’art, culture, patrimoine, luxe, elle explore avec ses élèves le rapport entre les marchés de luxe et l’art contemporain.

TIPHAINE MARTIN

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres à l’Université de Toulon. Ses sujets de recherche portent sur Simone de Beauvoir, le genre, les récits de voyage, l’autobiographie et le cinéma de l’Entre deux-guerres. Elle fait partie du comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies et du jury du prix Beauvoir pour la liberté des femmes.

STÉPHANE MARTIN

Il est professeur de lettres modernes, enseigne la littérature, le théâtre et l’histoire des arts au lycée Voltaire à Orléans. Il est certifié en théâtre, cinéma et histoire des arts. Il est aussi formateur académique théâtre et intervient dans le cadre de lycéens et création contemporaine. L’une de ses passions est l’opéra et le chant.

SARA ZAITER

Sara est docteure en Littératures françaises de Paris IV - Sorbonne et professeure de Lettres modernes. Sa thèse s'intitule « Édition des Causeries du Lundi relatives au XVIIIe siècle » (janvier 2019). Elle est l’auteure de plusieurs articles publiés dans des revues scientifiques.

JOËLLE GAYOT

Présidente du colloque

Joëlle Gayot est productrice de l'émission "Une saison au théâtre" sur France Culture. Auparavant, elle produisait et animait l'émission "Changement de décor".

Après avoir travaillé à partir de 1992 avec Micheline et Julien Attoun à Théâtre Ouvert, elle devient en 1996 l’assistante de Lucien Attoun à France Culture, où il est producteur d’émissions sur le théâtre. Depuis 2001, elle produit sur France Culture ses propres magazines consacrés au théâtre, des émissions hebdomadaires et régulières comme de nombreuses émissions ponctuelles.

Elle est co-auteure avec le metteur en scène Joël Pommerat de Joël Pommerat, troubles aux éditions Actes Sud Papier. Elle est journaliste à La Vie et à la revue Ubu - Scènes d'Europe.

MELISSA BERTRAND

Elle est doctorante en théâtre à la Sorbonne nouvelle sous la direction de Josette Féral. Sa thèse s’intitule : « corps en trans- : vers une dissolution de l’identité ». Ses principaux champs de recherches sont le théâtre, la performance, les corps, le genre, la danse et les technologies. Elle est également autrice et metteuse en scène dans la Compagnie de l’Archée.

MARIE-PAULE RAMO

Mise en scène, traduction, adaptation de

 V.W. Une chambre à soi

Premières années tissées d'imprévu et d’expérience de jeunes compagnies, elle apprend à faire vivre des spectacles autant qu'à les monter (Le Serpent noir, Les Oiseaux). Elle écrit une première pièce inspirée par les contes de Yachir Kemal, La Nuit de l'Hidrellez, à laquelle elle participe aussi comme comédienne. Elle fait ses débuts en mise en scène avec Ubu roi d’Alfed Jarry, La Peau de chagrin qu’elle adapte du roman de Balzac, Yvonne, princesse de Bourgogne de Witold Gombrowicz.

Lire la suite de la la biographie

NATHALIE PROKHORIS

Après une formation théâtrale (Ch. Audhuy collaboratrice de A. Voutsinas, D. Mesguich, D. Bezace) et musicale (Centre d’Etudes Polyphoniques, Conservatoire russe Rachmaninoff), menée parallèlement à des études littéraires, elle collabore de façon suivie avec différentes compagnies théâtrales, la Compagnie Les Masques dans des mises en scène de Claude Darvy,  et particulièrement la Compagnie du Samovar, dirigée par Pierre Longuenesse.

A cette activité de compagnie, s’ajoutent des Lectures et performances théâtrales à la Maison des Ecrivains, à la Maison de la Grèce, à France-Culture,  avec Les Comptoirs du Noir dirigés par Marie-Pierre de Porta.

Elle fonde la Compagnie Trois…six…neuf, au sein de laquelle elle effectue un travail personnel de conception, d’écriture, de réalisation et d’interprétation, portée par le désir de faire émerger des figures mal connues ou méconnues de la littérature (Colette, M. Polydouri, C. Pozzi…), et en y associant d’autres artistes, comédiens, ou musiciens.

Sa quête s’est poursuivie avec Virginia Woolf grâce à sa collaboration avec la metteuse en scène Marie-Paule Ramo qui adapte, traduit et met en scène V.W. Une chambre à soi (création au Festival d’Avignon Off 2013, et toujours en exploitation).

Elle navigue aujourd’hui entre le théâtre et le conte.

MARINE DEREGONCOURT

Diplômée de l’UCL (Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve en Belgique) depuis juillet 2016 d’un double master en Latin-Français et en Musicologie et agrégée depuis juin 2018, Marine Deregnoncourt débute officiellement, depuis le 15 novembre 2018, sa thèse de doctorat, sous la direction de Madame Sylvie FREYERMUTH (Université du Luxembourg) en cotutelle avec Monsieur Pierre DEGOTT (Université de Lorraine, Metz), intitulée : « La monstruosité opératique, une utopie tragique ? Réflexion et analyse à partir des interprétations de Marina Hands et Éric Ruf de Phèdre de Jean Racine et de Partage de midi de Paul Claudel ». Elle est l’auteure de nombreux articles dans des revues scientifiques.

FRANÇOIS LE GUENNEC

Il enseigne à l’Université du Temps libre à Orléans. Il a publié en 2013 le Livre des femmes de lettres oubliées. Il a aussi écrit des articles sur des femmes poètes mises en musique et a participé au Dictionnaire des créatrices. Il a fondé avec Monique Lemoine le colloque Femmes des lumières et de l’ombre en 2010.

MARIE CLEREN

Marie Cléren est agrégée de Lettres Modernes, certifiée « Théâtre ». Elle a soutenu en décembre 2017 une thèse intitulée : « Danse et poésie plastiques : échanges et influences entre les peintres, les chorégraphes et les librettistes (France, Italie, Allemagne et Suisse, 1909-1933) » et dirigée par le Professeur Bernard Franco, Université Paris IV-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’avant-garde, les transferts culturels en France/Allemagne/Italie/Suisse, les mises en danse de la poésie, l’espace scénique. Enseignante en charge des options « Théâtre » au lycée Marcel Gambier, Lisieux, chargée de cours en Littérature Comparée l’Université de Caen et conférencière à l’Université Inter-Age, elle s’intéresse aux problématiques de la scène contemporain

IRINA DURNEA

Elle est professeure de lettres dans l’Académie de Versailles, docteure en littérature française, francophone et comparée de l’université Bordeaux Montaigne. Sa thèse était consacrée à la littérature féminine en France pendant les deux guerres mondiales. Son domaine de recherche est la littérature féminine en France, plus particulièrement celle de la première moitié du vingtième siècle. Elle s’intéresse à l’étude de l’image de la femme et aux auteures qui, malgré la notoriété de l’époque, ont lentement été oubliées par la critique littéraire. Elle a publié plusieurs articles et participé à des conférences à ce sujet en France. Elle est une fidèle de notre colloque.

CORALINE CAUCHI

Elle est comédienne et metteuse en scène. Elle intervient à l’option théâtre du lycée Voltaire. Elle dirige la Compagnie Serres chaudes, laboratoire de création pluri-disciplinaire qui emprunte ses gestes au théâtre, à la musique, à la danse, aux arts plastiques. L’écriture contemporaine est au cœur du processus. Elle dirige également un cycle de lectures de théâtre contemporain.

ARMELLE CHITRIT

L’activité d’Armelle Chitrit est pluridisciplinaire et lui permet de faire un pont entre la théorie et l’action, de mettre un trait d’union entre savoir et faire.  Poète-comédienne mais aussi dramaturge et compositrice.  Après plusieurs années professionnelles consacrées au jeu d'acteur, elle dialogue avec les publics, tout en continuant à réfléchir aux dimensions organiques du poème. 

Après une thèse de sémiologie publiée sur Desnos (avec Julia Kristeva à l’université Paris 7- Denis Diderot), je m’attache au témoignage que constitue le poème, source d’investigation pluridisciplinaire sur le temps, l’identité, l’organe de la main et celui de la voix. Elle a accepté des missions d’enseignement et de recherche, en fondant parallèlement le Labo de Lettres pour jeter un pont entre théorie et création. Cette structure est née du désir de transmettre la recherche poétique.