© 2018 / Aline Baudu

  • White Google+ Icon
  • Twitter Clean
  • Facebook Clean

Précédentes éditions

2018 : Femmes et politique, Femmes politiques
Quelles places pour les femmes ?
Organisées par Mix-Cité 45, les précédentes rencontres, au titre générique Femmes des lumières et de l’ombre, ont rendu vie aux femmes du XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles, à celles de la Belle Époque et de l’entre-deux-guerres. La session 2017 a ouvert une approche thématique, autour des femmes de sciences. Parole sera donnée cette année aux femmes en politique, domaine où leurs parcours sont depuis longtemps et encore occultés. Leurs places chèrement conquises et leur visibilité restent trop souvent problématiques, malgré leur créativité et leurs luttes remarquables. Ces journées nous invitent à les découvrir.
Intervenant·e·s

Ont collaboré à cet ouvrage : Nicole Pellegrin, Irina Durnea, Tiphaine Martin, Pierre Michon, Virginie Piedra-Gautier, Gérard Lauvergeon, Dominique Brechemier, Alexandra Beraldin, Arnaud Verret, Rahime Saricielik, Corentin Zurlo-Truche, Joëlle Constanza, Asmaa Attarca, Zandieh  Rezvan

Acheter les actes du colloque    -  Sommaire

Textes rassemblés par Dominique Bréchemier et Nicole Laval-Turpin
 

2017 : Femmes de sciences
Quelles conquêtes, quelle reconnaissance ?
Cette nouvelle session des rencontres Mix-Cité ouvre une nouvelle perspective, thématique et diachronique, autour des femmes de sciences un immense continent dont n'émergent que quelques noms emblématiques, Émilie du Châtelet au temps des Lumières ou Marie Curie au XXe siècle. Il y eut pourtant de remarquables chercheuses dans des domaines aussi divers que les mathématiques, la paléontologie, la médecine ou l'ethnologie. Trop souvent dans l'ombre d'un mari ou de collègues prompts à récupérer le fruit de leurs travaux, elles n'ont guère bénéficié de la moindre renommée. Au-delà d'une approche biographique, il s'agit de présenter leurs découvertes, leur originalité, et les chemins étroits d'une émancipation laborieuse : la Recherche ne s'est pas toujours montrée prompte à ouvrir aux femmes les portes de la Science.
 

Intervenant·e·s

Ont collaboré à cet ouvrage : Monique Lemoine, Claudine Hermann, Émilie Lehours, Irina Durnea, Anne Boyé, Monique Pontier, Dominique Aubrun, Simone Gilgenkrantz, Natalie Pigeard, Tiphaine Martin, Laurence Lacroix, Laurent Robert, Nicole Laval-Turpin, Claude Legris.

Acheter les actes du colloque    -  Sommaire

Textes rassemblés par Dominique Bréchemier et Nicole Laval-Turpin
 

2016 : De George Sand à Louise Michel 
Combats politiques, littéraires et féministes : 1815 - 1870
 

Organisée par Mix-Cité, cette rencontre nous invite au XIXe siècle afin de découvrir comment, de George Sand à Louise Michel, les combats féministes, politiques et littéraires se sont entrecroisés. Nous sont présentées ici des femmes aux figures d'artistes et aux voix cosmopolites, dénonçant les inégalités faites aux femmes. Voici une étude approfondie conduite par des spécialistes de la question de l'émancipation féminine.

Acheter les actes du colloque    -  Sommaire

Textes rassemblés par Dominique Bréchemier et Nicole Laval-Turpin

 

2015 : Quelques parcours extraordinaires de femmes de l'entre-deux-guerre 

Les cinquièmes rencontres orléanaises « Femmes des lumières et de l'ombre » abordent un second volet de ces parcours féminins qui marquèrent deux décennies charnières, de 1918 à 1938. Les figures présentées ici touchent à des domaines plus en prise avec les réalités socio-politiques, les combats pour une égalité des droits et les exigences de la vie quotidienne. Elles s'illustrent dans le journalisme militant ou littéraire, les idéaux pacifistes, portent haut la « République des esprits » et s'acharnent jusqu'en Espagne pour le droit de vote. Elles ouvrent aussi des chemins d'aventures, voyageuses intrépides ou créatrices inattendues. (A David Neel, Simone de Beauvoir).

Acheter les actes du colloque  -  Sommaire

Textes rassemblés par Dominique Bréchemier et Nicole Laval-Turpin

2014 : Les femmes de l'entre-deux-guerres 
Quels chemins vers la notoriété ?
 

Le premier volet des actes de ces quatrièmes rencontres orléanaises « Femmes des lumières et de l'ombre » dévoile la richesse inventive et l'énergie des femmes de l'entre-deux-guerres. En interrogeant les chemins qu'elles ont empruntés pour affirmer leur place dans une société mouvante, les figures évoquées ici révèlent des succès éclatants, mais aussi des archaïsmes encore bien installés. Leur immense contribution à la Grande Guerre les a d'abord conduites sur le possible chemin de la liberté, de leur liberté...

Acheter les actes du colloque -  Sommaire

Textes rassemblés par Dominique Bréchemier et Nicole Laval-Turpin

2013 : Savantes femmes et citoyennes de Tendre en Europe (1607-1678)
 

Le XVIIe siècle a été un âge propice pour la littérature des femmes, avant que l'absolutisme et l'austérité religieuse ne viennent jouer un rôle d'éteignoir. Ces contributions éclairent cette littérature protéiforme, de l'amitié littéraire au récit d'exploits amoureux, en passant par toutes les haltes de la carte de Tendre, de très pragmatiques conseils aux sages-femmes jusqu'à une réflexion philosophique sur la condition des filles et le célibat volontaire.

Acheter les actes du colloque

Textes rassemblés par Dominique Bréchemier et Nicole Laval-Turpin

2012 : La Belle Époque des femmes ? (1889 - 1914)

La République, en contradiction avec sa devise, n'assure ni égalité, ni liberté aux femmes. Toutes sont mineures, n'ayant ni droits civils, sous la tutelle de leur père, mari ou frère, ni droits civiques, puisqu'elles n'ont pas le droit de vote. Des femmes pionnières vont initier des luttes qui deviendront collectives, et on peut considérer qu'un mouvement de revendication féministe s'organise pendant cette période de la "Belle Epoque".

Acheter les actes du colloque

Textes réunis par François Le Guennec et Nicolas-Henri Zmelty

2011 : Un premier féminisme (1774-1830)

Le XVIIIe siècle a vu croître l'importance des femmes dans la vie intellectuelle et artistique, où elles sont, grâce à leurs salons, les égales des "Philosophes". Comment ces femmes agissaient sur les esprits, comment elles voyaient le monde en train de changer, comment elles l'écrivaient, comment étaient perçues leurs différentes activités, voilà l'objet de ces journées d'études. La Terreur ne les épargne pas plus qu'elle ne le fait des hommes.

Olympe de Gouges et Manon Philipon (Mme Roland) sont les plus connues de leurs martyres. Mais c'est l'Empire qui portera un coup fatal à l'émancipation des femmes, avec le code Napoléon. Leur véritable avènement littéraire et philosophique en sera retardé d'un bon siècle. Les opposantes au pouvoir comme Germaine de Staël n'en sont que plus dignes d'admiration, ouvrant au "deuxième sexe" le champ politique.

Les noms de ces femmes sont parfois illustres, parfois obscurs. Ce sont pourtant elles qui ont préfiguré la littérature contemporaine, dans laquelle la parité n'est plus discutée.